Près de 600 millions de personnes à travers le monde seraient touchées par les troubles de l’audition. En France, la déficience auditive demeure un enjeu de santé publique. L’enquête menée par l’INSEE et la DREES montre que plus de 12 millions de Français rencontrent des difficultés d’audition.

Après l’âge de 20 ans, les cellules ciliées de l’oreille interne disparaissent et ne se renouvellent pas, provoquant des difficultés d’audition à un moment de la vie.
Nombreux sont ceux qui ne prennent pas l’initiative de faire surveiller leurs capacités auditives, par manque d’information, par frein psychologique ou par simple négligence.

Cependant, plus le test de dépistage est fait tardivement, plus la surdité s’installe. À terme, elle augmente le risque de s’isoler, de déprimer ou d’être exposé à des accidents de la vie courante.

Entendre et communiquer

Souvent, de nombreux jeunes s’exposent sans précaution à de forts environnements sonores et souffrent de troubles de l’audition. Écouter de la musique à plus de 85 décibels devient dangereux et peut être à l’origine d’acouphènes et de surdités précoces. La presbyacousie est aussi liée à l’âge et se caractérise par la perte des sons, en particulier des aigus qui sont de plus en plus difficiles à percevoir en milieu bruyant. Ainsi, le manque de compréhension peut survenir lors de conversations dans un environnement sonore élevé. La combinaison « entendre et communiquer » est primordiale.

Après 50 ans, il est essentiel d’effectuer chaque année un bilan de contrôle afin de vérifier ses facultés auditives.

© Oticon

© Oticon

Avant de consulter un ORL, il est possible de faire un diagnostic dans un centre d’audition proposant des tests gratuits et de vous orienter vers un spécialiste si la nécessité l’exige. La déficience auditive atteint 16% des personnes âgées de 60 à 69 ans et plus de 33% des personnes âgées de 80 ans et plus.
Avec l’accroissement de la durée de la vie, ces proportions devraient s’accroître dans les années à venir.

Technologies de pointe

Les avancées technologiques favorisent la miniaturisation des équipements auditifs. Plus esthétiques, peu voyants, plus pratiques, ils sont nécessaires pour garder le contact avec les autres. Grâce aux progrès réalisés, plus de 85% des déficiences auditives peuvent être améliorées.

Les nouvelles technologies permettent d’obtenir des compensations réellement satisfaisantes. Dorénavant, aussi performantes que discrètes avec leur design plus subtil, les aides auditives sont à la pointe de la technologie numérique pour apporter à l’utilisateur un meilleur confort et une satisfaction optimale.

Affaire de professionnels

Les audioprothésistes, professionnels de santé diplômés, procèdent aux tests et à l’appareillage pour les déficients de l’ouïe. L’audioprothésiste prendra en compte le type de surdité, la morphologie de l’oreille ou encore la capacité à manipuler l’appareil. Par ailleurs, il saura préconiser la technologie appropriée en fonction des caractéristiques sociales de chaque patient (actif, retraité, isolé ou non).

Conserver ses capacités auditives se révèle être un gage de dynamisme relationnel. Maintenir la qualité de son audition permet d’entretenir le lien social indispensable pour vivre pleinement et intensément.

Sources : www.insee.fr – www.drees.sante.gouv.fr

Repères

12 millions de Français (sources INSEE 2014) sont touchés par des acouphènes
1 Français sur 2 n’a jamais consulté un spécialiste pour effectuer un contrôle de ses capacités auditives
1 Français sur 2 se plaint d’être gêné par les nuisances sonores
Plus du tiers des jeunes (- de 25 ans) ayant perçu une gêne auditive après une exposition au bruit, n’a pas consulté un spécialiste pour effectuer un test.[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]