C’est la question la plus répétée dans toutes les langues du monde depuis que votre téléphone est devenu mobile ! Le téléphone fixe vous localisait, le mobile vous oblige à poser la question.

Depuis 20 années le téléphone dans la poche a bouleversé notre manière de rester en lien et de nous tenir informés. Conversations de personne à personne, mais aussi en face à face sur écrans, s’échanger des informations par photos et vidéos, s’envoyer des sms ou des images, mettre plusieurs destinataires dans la boucle, tout cela est devenu non seulement banal mais surtout simple et peu cher. Vous souvenez-vous du montant de vos factures de téléphone fixe au début des années 2000 ? Et des efforts que nous faisions pour en maitriser le montant ? Aujourd’hui, avec un forfait relativement raisonnable, la règle devient la quasi gratuité et l’illimité !

Que s’est-il passé entre temps ? Quand vous téléphonez à quelqu’un, vous êtes « mis sur écoute » ! Vrai ?

Oui, Il faut savoir que vos téléphones ne sont pas seulement reliés entre eux mais « en même temps » ils sont reliés aux opérateurs et aux services que vous utilisez souvent gratuitement ou presque. Ces derniers captent et mettent en mémoire le moindre de nos gestes, de nos mots, nos photos et même notre itinéraire avec la géolocalisation. Toutes ces données sont mises en forme et exploitées par des annonceurs publicitaires et nombre d’autres organismes prêts à débourser « un pognon de dingue » pour ce genre d’informations. Voilà pourquoi vous payez aujourd’hui moins cher vos communications. Quand le service est gratuit, ou à peine plus, ce que vous faites ou dites devient une donnée monnayable en faveur de firmes dont vous ignorez le nom et jusqu’à l’existence. Ce sont les « Big Data », les nouveaux ogres du monde des technologies dont tout le monde parle !

Alors, alors ? Est-ce que je dois arrêter de me servir de mon téléphone ?

Non, impossible de revenir en arrière ! Pour la bonne et simple raison que ni vous ni moi avons envie de nous couper de nos proches et de ce que nous offre le monde. Mais n’est-il pas mieux de savoir ce qui se passe dans les coulisses des opérateurs et des firmes qui archivent et traitent nos données, même les plus intimes, et pour longtemps ? En être conscient peut nous empêcher de dire et de faire n’importe quoi avec ces petits appareils auxquels nous sommes très attachés. Et choisir ce qui doit rester notre vie privée. Nous sommes prévenus, avec un petit peu de prudence – en manquons-nous ? – nous éviterons des déboires à l’avenir !

Frédéric BRICKA